jeudi, janvier 19, 2006

et toujours en été...


1. South
2. Moses
3. Mint Julep
4. Hot Toddy
5. Vomitation
6. The Garden
7. Looking For You
8. New York
9. Le Sud
"(...) Tube de l'année 1975, "Le Sud" a vu le jour en 1974 (il est le premier album à être"auto-produits" par Nino). D'abord en version anglaise, "The South" est enregistré en novembre 1973 au Studio Trident à Londres et bénéficie à l'origine d'un arrangement de Michel Bernholc (avec Chantereau, Engel, Padovan…) que l'on retrouve ici en plage 1. Ce n'est, suite à une intervention de Bernard Estardy, que la chanson sera enregistrée dans la version française 45 tours que l'on connaît (trop "variété" et pas assez "majestueuse" au goût de Nino, ce dernier aurait préféré quelque chose dans l'esprit de "Harvest" par Neil Young), placée ici en plage 9. Le reste de l'album avec Radiah, également enregistré à Londres, a été ensuite entièrement refait par Nino – avec le groupe américain Ice – dans son studio personnel en France en janvier 1974 : au total 7 titres en anglais très inégaux. * (...) A.B. "
* : jugement très exagéré ! ces titres au contraire, moins immédiats, s'offrent peu à peu. Des arrangements fins et subtils, des vocaux excellents, parsemés de surprises sonores ... Par contre si vous etes hermétique à ce que l'on pourrait nommer une "progresive soul", passez votre chemin ! Le tube, en français ou en anglais, reste imparable... et très proche d'un autre tube : La maison près de la fontaine (cf l'album Métronomie). Même nostalgie, même thème.
A propos de la sortie de l'intégrale du plus turbulent de la défunte classe yéyé:
"Des premiers feux d'une carrière, en 1963, qui s'apprêtait à marquer durablement la mémoire collective, jusqu'aux ultimes lueurs d'une séance inédite de 1998, année noire du suicide de Nino Ferrer, voici enfin réunie l'intégrale des enregistrements d'un des chanteurs et musiciens français les plus connus et dont il reste pourtant long à découvrir. 206 chansons réparties sur 12 CD – dont 37 inédites dans ce format – et un DVD d'images intimes réalisé par son second fils Arthur, une majestueuse présentation façon livre d'art, le tout illustré par une BD biographique, au trait noir et vif, réalisée pour l'occasion par le dessinateur Fred Bernard, un ami proche de Nino, il fallait bien ça pour célébrer celui dont les jeunes générations continuent de clamer l'influence. Au-delà des cargaisons de tubes inoubliables des années 60 ou des intemporelles ballades mélancoliques qui pincent toujours le cœur, des albums de rock bucoliques, enragés, ironiques ou "désabusionnés" des années 70/90, c'est tout un esprit de fronde artistique et d'anticonformisme libertaire – en plus d'un humour joliment désacralisant – que Ferrer aura transmis. C'est encore cette place légèrement en marge qui continue à le rendre si unique, si singulier, au regard de ses contemporains, chanteurs et musiciens populaires du siècle passé. La visite guidée de première classe que constitue le présent coffret offre ainsi une vue panoramique sur une œuvre en perpétuel mouvement, qui n'aura cessé pendant trente ans de se transformer de fond en comble, non pour satisfaire aux modes, bien au contraire, souvent à contre-courant de tout, cumulant succès (énormes) et échecs (énormes aussi) avec une intrépidité qui saute encore aux oreilles dès les premières notes."
xxx
(Avec ce post continue la série d'un certain panorama de la scène française 60's-70's. A suivre...)

mercredi, janvier 18, 2006

beyond the beyond the valley of dolls


Vous n'avez pas vu ce film... moi non plus. Néanmoins lisez cette très fine analyse...

"This film is damn hard to get hold of in the U.K. Would you believe I had to order it in NTSC format from Amazon.com (which has changed my life in the last 4 months) and then get it converted to PAL with the result that the picture is all jerky. But never mind, because it's still great... (suivez le lien)

La musique est signée Johnny Williams, en compagnie du pianiste André Previn et de la chanteuse (obscure) Dory. Une musique agréable avec quelques ambiances réussies...
Une curiosité !

mardi, janvier 17, 2006

bossa unlimited ... for a never ending summer night


un bel aréopage de guitaristes : Howard Roberts, Bob Bain, Tonny Rizzo, Al Hendrikson, Tommy Tedesco, Laurindo Almeida, Rosinho de Valenca... vous attends ici

(attention ! la plage 11 est altérée, néanmoins les 10 premières sont si belles ...)