jeudi, janvier 05, 2006

El Chico, Gabor et les autres...


C'est envellopé d'une cape sombre emprunté à quelque comte que Chico pose sur la pochette d'un air plus sombre encore... l'homme toise le photographe, et par là même vous aussi peut-être... El chico n'a pas le sourire..., le film imaginaire auquel il vous est convier d'assister non plus... quelques plages d'easy jazz aux couleurs latino pourraient vous tromper néanmoins l'esprit (les esprits ?) qui prédomine ici flirte plutôt avec une expérience psychedélique (attention à la marche !). La guitare de Gabor n'y est pas étrangère, lancinante et déjà "de traverse", ici et ailleurs, nomade lands (Une raison de sa (re)découverte par la scène rock). Ne pas lésiner sur le volume de votre sound systeme sur la plage des conquistadores! Let's Go !

Gaieté parisienne pour bébé requin !


Une galette psyché-délice parfumée lolita, parfaitement inconséquente et par là même véritablement indispensable ; il y a de la pochette surprise dans cet opus... j'imagine que pour les oreilles anglo-saxonnes, cela est de plus enrobé du charme exochic parisien... alors pour ce détendre du road movie de Chico et les siens... pourquoi se priver !